Mes Questions

Utilisation d’acide lactique dans les abattoirs

07 mars

Encore une brillante idée de la Commission européenne : permettre l’utilisation d’acide lactique pour désinfecter les carcasses d’animaux. Rassurez-vous chères consommatrices et chers consommateurs, comme toujours cela est sans danger!

 

Depuis des années, l’Europe a choisi, à chaque étape de l’élevage de lutter contre les contaminations bactériennes mais, afin de signer un accord commercial avec les USA, notre chère Commission a décidé de permettre à nos abattoirs d’utiliser les mêmes méthodes qu’eux. Est-ce que cela va changer nos méthodes de production. Probablement pas. Par contre, la viande provenant des USA et qui n’aura pas bénéficié du même suivi pourra venir sur le marché européen. Nos éleveurs seront pénalisés puisque de nouveaux concurrents vont venir sur le marché  européen. Nos consommateurs eux, seront peut-être mis au courant dans quelques années quand un scandale sanitaire apparaîtra et qu’il faudra améliorer l’étiquetage! Après les opérations Win-Win voici, en agriculture, le lose-lose.

 

Quelle est votre analyse de la situation ? Peut-on encore s’opposer à cette décision ? N’y a-t-il pas lieu que le Conseil européen se saisisse de cette problématique et protège la production agricole de qualité ?

Lire la question-réponse ici

Affaire de la viande de cheval: Quel impact sur l’agriculture wallonne ?

Depuis plusieurs semaines, l’Europe est secouée par une énième affaire touchant la chaîne alimentaire et le monde agricole en général. En effet, certaines entreprises du secteur agroalimentaire auraient introduit de la viande de cheval dans certains plats préparés comme étant de la viande de boeuf. Daniel Senesael a interrogé le Ministre de l’Agriculture sur l’impact de cette affaire sur l’agriculture wallonne. Lire les questions ici.

La difficile situation des maisons d’accueil

31 janvier

Daniel Senesael a interrogé la Ministre de l’action sociale Eliane Tillieux sur le Plan grand froid et plus généralement sur la difficile situation des Maisons d’accueils. Celles-ci sont sous-financées et sont pourtant de plus en plus sollicitées en cette période de crise. Trop de femmes, d’hommes et de familles se retrouvent en situation de détresse. Les acteurs de l’aide sociale tirent la sonnette d’alarme : il faut leur donner les moyens de faire leur métier ! Voir ici la question-réponse