Conséquences du nouveau plan de transport de la SNCB pour les gares de Wallonie Picarde

19 mars

Daniel Senesael, Député-Bourgmestre d’Estaimpuis, a récemment interpelé par courrier le Ministre des Entreprises publiques, M.  Labille, sur le nouveau plan de transport de la SNCB. Vous trouverez ci-dessous la question-réponse en intégralité.  Lire plus…

Monsieur le Ministre des Entreprises publiques,

Le nouveau plan de transport de la SNCB, censé entrer en vigueur en décembre 2014, fait l’objet de vives critiques. Dans la mesure où il aurait tendance à privilégier les « grandes » gares au dépens des « petites », il apparaît encore une fois que ce sont essentiellement les usagers des zones rurales qui payeront le plus lourd tribut suite à sa mise en œuvre.

Et la Wallonie Picarde, où j’officie en tant que Bourgmestre, n’échappe pas aux nombreux reculs contenus dans les dispositions de ce plan. A titre d’exemple, la gare d’Herseaux, déjà menacée par le nouveau Schéma de Développement de l’Espace Régional, verrait une réduction de 50% des trains en direction de Bruxelles. Par ailleurs, il n’y aurait plus de train direct entre cette gare et la capitale.

Vous comprenez aisément que si le plan devait être appliqué en l’état, cela fragiliserait inévitablement les plus précaires qui auront davantage de difficulté à se rendre au travail et devront passer plus de temps encore dans les transports, et ce, au détriment de leur vie de famille.

Par ailleurs, il va sans dire qu’une telle situation est en totale contradiction avec les efforts consentis, notamment au sein de votre ministère, en vue de prôner les réductions d’émissions de CO2, la mobilité multimodale et d’éviter le tout à la voiture.

Pour ces raisons, je vous invite, Monsieur le Ministre, à prendre position contre ce plan de transport de la SNCB afin que cette entreprise continue d’offrir un service public performant qui ne privilégie pas la rentabilité au détriment de sa mission première, le service au public.

En vous remerciant de l’attention que vous porterez à cette requête, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes salutations sincères.

Daniel Senesael

 

Réponse de Jean-Pascal LABILLE, Ministre des Entreprises publiques

 

Monsieur le Député-Bourgmestre,

Cher Daniel,

Ton courrier relatif à l’objet repris sous rubrique m’est bien parvenu et a retenu toute mon attention.

Je t’informe que, conformément à la Loi du 21 mars 1991 portant réforme de certaines entreprises publiques, le projet de plan de transport qui m’a été transmis par la SCNB le 31 janvier 2014, a été présenté au Conseil des Ministres ce 21 février.

Le gouvernement, qui n’a pas approuvé ce plan de transport en l’état, a pris acte de celui-ci tout en demandant à la SNCB de respecter un certain nombre de balises qui figurent au contrat de gestion actuellement en vigueur entre l’Etat et la SNCB. En effet, ce contrat de gestion prévoit un certain nombre d’obligations relatives ; entres autres, à la desserte des gares ; des obligations que la version actuelle du plan de transport ne respecte pas.

Dans ce cadre, il a été demandé à la SNCB d’analyser les remarques qui seraient formulées à l’occasion de la présentation de son plan de transport dans les différentes provinces du pays.

Cette communication, qui s’articule autour de road shows, permettra à la SNCB de s’adresser aux élus des différents parlements (fédéral, régional, communautaires) ainsi qu’aux députés provinciaux et bourgmestres. Au cours de ces séances, les lignes générales et les particularités locales du plan de transport seront exposées. Deux séances seront également programmées avec des représentants du Comité Consultatif des Usagers.

Sur base de cette analyse, la SNCB s’attachera à intégrer, dans son plan de transport, les observations jugées pertinentes. Le plan de transport ainsi modifié sera alors soumis à l’approbation du Conseil d’Administration de la SNCB et du conseil des Ministres.

L’actuel plan de transport de la SNCB, dont la presse s’est fait l’écho, ne constitue donc en l’état qu’un projet et fera l’objet de modifications avant d’être soumis une nouvelle fois au Gouvernement en vue de son approbation.

Au terme de ce processus de modification du plan de transport, une information sera organisée à l’intention de la clientèle de la SNCB, tant professionnelle qu’individuelle.

Entretemps, je tiens à t’assurer de ma volonté qui est que les différentes gares du pays continuent d’être desservies tant qualitativement que quantitativement.

Tout en restant à ta disposition, je te prie de recevoir, Monsieur le Député-Bourgmestre, Cher Daniel, l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

 

Jean-Pascal LABILLE